L'art de prolonger cette période entre deux défrisages...

Routine capillaire enfin trouvée et installée, mes cheveux continuent à bien me rendre l'attention que je leur porte.
Cependant, l'étape la plus compliquée est celle qui se situe quelques semaines précédant le défrisage que je ne pratique désormais que tous les 4 à 6 mois! Ce changement progressif m'a valu d'obtenir cette longueur que je n'avais connu auparavant que lorsque je portais mes cheveux naturels étant enfant, autant dire que c'est un bien lointain souvenir! 
Un art, peut-être pas mais un travail constant, quotidien et quasi-obsessionnel, sur le long terme pour maintenir une chevelure saine et atteindre ses objectifs.

Le mannequin Jourdan Dunn


On doit adapter les gestes et coiffures selon la période à laquelle on se situe par rapport au défrisage. Je vous invite à faire de même car le cheveu ne réagit pas forcément de la même manière, selon la présence de repousses, qu'il fasse froid ou non, ou même selon l'alimentation. 
Voici mes habitudes, qui n'engagent que moi et sont sujets à ajustements, mais qui peuvent biensur vous inspirer.

Défrisage, jour J et après
Ayant les cheveux très fins, du jour du défrisage à environ 15 jours après, j'ai du mal à en faire quoi que ce soit étant donné l'absence cruelle de volume! Ils sont littéralement plats et le séchage puis brushing systématiques pratiqués en salon où je réalise le défrisage n'aident pas du tout. Du coup, je m'empresse de les relaver et de les laisser sécher à l'air libre ou faire un twist-out afin d'avoir un minimum de matière. En attendant, ils sont attachés en demi-queue ou chignon relevé.

Ci-dessous le jour du défrisage. Où est le volume??!!!!

Je défrise mes cheveux, certes, mais je ne suis pas pour autant adepte du cheveu ultra-lisse à tout prix. C'était peut-être le cas à une certaine période (celle où j'ignorais beaucoup du cheveu afro) mais désormais je trouve mes cheveux aussi beaux avec des boucles que complètement lissés (ce qui est désormais occasionnel). Ils sont d'ailleurs plus faciles à entretenir ondulés ou bouclés!


Défrisage et repousses
Ensuite, je suis beaucoup moins contrainte même si la période actuelle est difficile car il faut lutter contre le vent et les changements constants de températures. Les repousses se font sentir à environ 45 jours post-défrisage mais en pratiquant le co-wash, surtout en été, c’est très largement gérable, le peigne ne coince pas au niveau des repousses qui restent souples.
Avec l'Humecto de Keracare qui est un après-shampoing, je réalise un shampoing, entre deux séances de "vrai" shampoings. Vous suivez?! Séance de shampoing/soin/après-shampoing le week-end + mini-shampoing le mercredi, par exemple, avec l'Humecto. Ce qui permet d'assouplir les repousses et de mieux gérer les coiffures en limitant la casse. 

 Ci-dessous, "lissage" juste après le shampoing, réalisé avec un peigne à dents larges et le sèche-cheveu à basse température :
"Lissage" post-shampoing à 4mois post défrisage
En hiver, je privilégie les masques et soins profonds, chaque semaine, avant de finir par l'après-shampoing. J'alterne, une semaine sur deux, soin protéiné (depuis peu le Deep Fortifying de Design Essentials) et soin hydratant (en ce moment Frizz Ease de John Frida et le masque Keramix de la gamme Reactive de mon salon de coiffure, à base de Kératine et d'Aloe Vera). J'aime bien changer.
Le soir je renforce l'hydratation, qui est capitale lorsque cohabitent repousses naturelles et longueurs défrisées, avec le soin de nuit, toujours de Keracare mais qui existe également chez différentes marques. Un soin indispensable si vous avez les cheveux secs au réveil et éviter la casse, à long terme, du cheveu dit, en transition.
L'hydratation permet un cheveu souple (pour moi signe de bonne santé capillaire) et évite la casse.

Côté coiffure
N'étant pas fortiche du tout niveau coiffure, j'use de mon accessoire préféré depuis peu, le HeadBand auquel j'avais consacré un post. Il remplace le serre-tête d'antan et habille joliment nos cheveux sans les abimer.
Je relève toujours ce défi, bien que pas toujours facile à tenir, de ne pas faire de queue de cheval systématiques.
Le fer à lisser passe de plus en plus de temps dans son étui car je l'utilise de moins en moins.
Je réalise également pas mal de twist-out qui permettent un joli résultat rapide le matin. Les flexi-rods sont aussi assez utiles pour des ondulations plus marquées sans utilisation de la chaleur.

Préparation au Twist-out avec FlexiRods
Twist-out, le lendemain matin
Ou encore, souvent le week-end, les coiffures 2 et 4 (en moins volumineux) présentées sur le site BGLH à voir ici avec tutoriels.

Ma routine capillaire est ainsi suffisante à tenir cette période dite de stretching (ou de transition), entre deux défrisages, dernièrement de pratiquement 5 mois.

Préparation pour le défrisage
Une semaine avant le défrisage, je réalise un bon soin composé d'un bain d'huile avant shampoing, avec les huiles essentielles Keracare, que je laisse poser une bonne heure sous un film plastique.
J'enchaine avec un bon shampoing (toujours sans sulfates), un masque (qui agit comme soin profond) et l'après-shampoing. J'utilise le shampoing destiné à MiniMoiN°1 sur mes repousses (l'habituel sur les longueurs) et effectue un bon petit massage du cuir chevelu.
Après tout ça, j'évite de trop manipuler les cheveux jusqu'au jour J où j'applique ma crème hydratante quotidienne sur les longueurs et surtout à l'endroit où le cheveu naturel rencontre le cheveu défrisé. Le corps gras protège du produit défrisant.
Environ 2 bons cms de repousses à plus d'1mois avant le défrisage


Biensur, comme chacun sait, on ne gratte pas le crâne ni ne graisse à outrance les cheveux avant le défrisage. De même qu'on ne fragilise pas davantage le cheveu en utilisant le fer à lisser ou à boucler. Il est conseillé un bon soin protéiné avant puis après le défrisage. J'ai pour habitude de réeffectuer la même préparation la semaine suivant le défrisage afin de renforcer la fibre capillaire.

Kerry Washington

Dernier conseil et pas des moindres : pensez à bien vous alimenter correctement. Je ne suis pas nutritionniste pour vous rappeler l'importance d'une alimentation diversifiée alliée à une activité physique mais il est certain que votre alimentation, plus ou moins riche en protéines et vitamines, ainsi qu'une forte hydratation contribuent à maintenir une chevelure en bonne santé. J'avais d'ailleurs consacré un post concernant une alimentation adaptée, à lire ici. Et surtout, buvez, encore et encore! L'hydratation vient aussi de l'intérieur.

Voilà ce que j'effectue depuis maintenant quelques années afin de gagner encore un peu de longueur (objectif perso) et surtout maintenir une chevelure saine.


En ce début d'année il est bon de se fixer des objectifs, propres à vos désirs. Je rappelle que la longueur ne doit pas être le but ultime de chacune ; volume, brillance, souplesse, définition des boucles, ou simple maintien d'une chevelure harmonieuse, chacune son objectif.
Les miens sont de gagner encore un tout petit peu en longueur, de me perfectionner encore un peu plus en coiffures (que je ne maitrise pas toujours, j'avoue!) et de passer à 2 défrisages annuels! Mon petit soucis de tempes dégarnies s'améliorant, ils semblent atteignables. 
Je réfléchis également à d'éventuelles mèches (fin 2012 j'avais fait des mèches acajou foncé/auburn dont vous voyez un reste sur les photos précédentes) ou peut-être un Tie And Tye qui était tant en vogue l'an dernier. Je me lance dans des mèches environ tous les deux ans, le temps de me lasser! Mais je ne renouvellerai probablement pas l'expérience de faire une couleur complète, nécessitant énormément de soins et une attention considérable.


Chanel Iman

J'en profite pour vous souhaiter une bonne année capillaire, espérant que vous atteindrez vos propres objectifs et que mes petites expériences seront source d'inspiration dans votre propre parcours. N'hésitez pas à commenter, partager et à me rejoindre sur Facebook pour des photos et infos inédites !

Commentaires